close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Jennifer ou la rotation
du personnel navigant

Carré Rouge Cie (CH)

août
2010

La pièce proposée par Carré Rouge nous renvoie au mythe de l’hôtesse de l’air et notamment aux représentations que cette profession génère dans l’imaginaire collectif. Un ensemble de clichés qui se trouvent renforcés par le texte et le jeu de scène suggestif des comédiennes qui, tout au long de la pièce, oscille entre humour et extravagance et finissent par mettre en péril ce mythe par leurs propres actions. Le public déambule autour des hôtesses, elles-mêmes contenues dans cette cage de verre, formant à la fois une vitrine pour ces femmes objets de convoitise, qu’une barrière capable de les mettre à distance.

conception collective / interprétations: Catherine Buchi, Tiphanie Bovey, Lisa Morand, Léa Pohlhammer, Joëlle Fontannaz, Nina Langensand, Mélanie Bestel, Valeria Bertolotto / mise en scène: Sandra Amodio / texte: Sébastien Grosset / son: Julien Baillod / photographie: Hélène Göhring / costumes: Gloria Del Castillo / lumières: Claire Firmann / administration, diffusion: Philippe Clerc / coproduction : Galerie Forde Genève

repères biographiques : Cette compagnie est née en 1998 à Genève sur l’impulsion de la metteure en scène Sandra Amodio. Elle a créé et présentée plusieurs mises en scènes contemporaines et avant-gardistes en choisissant de traduire à la scène des auteurs contemporains vivants. Sandra Amodio est issue de la marionnette et du théâtre d’objets. Très sensible à la peinture et aux arts plastiques, elle développe le rapport à l’espace, au corps et à la voix. Elle conçoit ses mises en scènes comme des tableaux mouvants, en juxtaposant l’action physique, la musique, la vidéo, la lumière et le texte dans une esthétique épurée. Sa recherche et sa réflexion la conduisent à mettre en crise le personnage, le jeu dramatique et la frontière entre réalité et fiction. Son théâtre se situe dans le post dramatique où le jeu performatif, la musicalité du texte, l’improvisation, la perception et le tragique prennent tout leur sens. C’est donc en 2004 qu’elle propose aux comédiennes Catherine Büchi, Lisa Morand et Léa pohlhammer de travailler au projet Jennifer puis à l’auteur Sébastien Grosset ; la création se fait à partir du plateau et ce type de démarche renforce le désir de Sandra Amodio de développer son rôle de metteur en scène-créatrice.