close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Larme à gauche

Les top modestes (CH)

création
août
2009

70'

On ne pouvait fêter ce 25e anniversaire sans les Top Modestes, compagnie de théâtre issue des ateliers théâtre dirigés par Ariane Karcher. Ils ont donc décidé de reprendre Tranches de Mort, spectacle créé pour le far° en 1999. En le retravaillant, de nouvelles façons d’aborder certains thèmes ont généré d’autres façons de jouer. Des improvisations ont fait naître de nouvelles idées. La mort, on en parle peu, ou lorsqu’on y est obligé, on le fait de préférence avec des détours, des synonymes, des euphémismes… Dans une suite de scènes plutôt délirantes, les acteurs en décousent avec leur peur, leurs émotions, leurs jeux de mo(r)ts de mauvais goût et autres fous rires déplacés. Dans ce patchwork tout en chaud/froid, où même la mort a sa minute de cabaret, l’équipe des Tops jamais de s vous emmènent aux confins savoureux de la vie.

We don’t like to speak about Death so much. And if we have to, we tend to use synonyms or euphemisms. In a series of delirious scenes, the actors try to deal with their fears and emotions while struggling to understand the meaning of…death.

mise en scène: Ariane Karcher / interprétation: Laurent Conus, Marco Crettaz, Adrien Dalang, Latifa Palmarella, Martine Rivier, Christine Ruata, Jacques Tappolet, Diane Zbinden / création musique live: Mathieu Karcher / scénographie et technique: Melinda Heeger

repères biographiques : C’est en 1997 qu’est né le désir, chez les participants les plus aguerris des Ateliers-Théâtre du festival, d’oser la création. Il a fallu deux ans de lectures, de recherches et d’impros pour que Tranches de Mort soit montrable. L’expérience a été mémorable, d’autant que la pièce a rencontré un grand succès. Tous ont eu envie de continuer, la troupe des Mordus était née. D’autres spectacles donnés au far° ont suivi: Les Mordus ont joué Jeu de Massacre (Ionesco) en 2001. Cette pièce qui nécessite au moins trente acteurs a été jouée par 6 personnes dans un parcours à travers les rues. Le petit train à touristes suivait pour amener les spectateurs aux différentes « scènes ». En 2002, l’envie d’aborder les arts plastiques a donné naissance à Pas-Sage avec Bernard Garo. En 2003, le nom de la troupe a changé pour devenir les Top Modestes. Cette année-là, Faites vous-même votre Malheur ou comment s’y prendre pour faire de soi-même son pire ennemi d’après Paul Watzlawick a fait un véritable malheur! En 2004, les Top Modestes ont provoqué un déferlement poétique à travers les rues, les bus, le train Nyon-St-Cergue, les centres commerciaux. Avec la complicité de Prévert, Norge, le poète suisse Surdez et d’autres, ils ont semé des moments de réflexion et de rêve auprès des passants. En 2005, La Fête (Slavomir Mrozek) a précédé Nous ne Tiendrons pas nos Promesses (Marielle Pinsard) de 2006. En 2007, les Top ont voulu retrouver le goût de la création et se sont attaqués à Le rire, sa Vie, son OEuvre de Robert Provine pour en tirer 10 minutes d’avirons. 2009 est une année commémorative donnant l’occasion aux festivaliers de revoir des troupes et des spectacles qu’ils ont aimés. Les Top ont décidé de faire une reprise. Ils ont hésité entre Tranches de Mort et Faites vous-même votre Malheur, ont visionné les captations des deux spectacles et ont finalement voté pour "la mort". Mais il ne s’agissait pas de tout reprendre tel quel. C’est de toute manière impossible, certains acteurs n’étant plus dans la troupe qui s’est par ailleurs enrichie de nouvelles forces. D’autres façons d’aborder certains thèmes ont ainsi généré d’autres façons de jouer. Des impros chaque semaine ont faire naître plein d’idées. La grande question reste la mythique scène de cabaret sur une chanson de Dalida. Faut-il la reprendre à tout prix? La réponse est venue par la question d’une spectatrice à qui un de nos acteurs a parlé de notre projet. Spontanément, avec un grand sourire, elle a demandé si cette fameuse scène allait figurer dans la nouvelle version du spectacle! Hé bien oui, c’est dit.