close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

communs singuliers #3

Art, écologie, société :
quelles transitions?

avril-mai
2021

> lieu : Les Marchandises, 5 rue des Marchandises, 1260 Nyon
> toutes les rencontres sont en français
> entrée gratuite sur réservation uniquement à : info@far-nyon.ch / places très limitées
> application des mesures sanitaires en vigueur

Laboratoire artistique, rencontres, discussions et workshops

Du 29 avril au 1er mai 2021, la fabrique des arts vivants ouvre le troisième volet de la série Communs singuliers. Intitulé Art, écologie, société : quelles transitions?, ce rendez-vous est conçu comme un laboratoire d’échanges et d’expériences avec des artistes, des acteurs et actrices culturel·le·s, des philosophes, des chercheurs et chercheuses en sciences sociales, en sciences de l’environnement et en biologie. Durant ces trois jours, différents temps sont prévus pour traiter en commun de questions telles que : comment les métiers du champ de l’art, ainsi que les pratiques et les rituels qui les accompagnent, peuvent-ils se réinventer dans une période marquée par une crise à la fois environnementale, sociale et sanitaire? Comment les modes de production de l’art peuvent-ils s’appuyer sur des modèles issus d’autres domaines et réciproquement? Comment l’art et la créativité peuvent-ils exister au quotidien et s’infiltrer autrement dans nos vies?

Avec les invité·e·s : Serge Amiguet, Thierry Boutonnier, Olivier Hamant, Andrea Jacot Descombes, María Jerez & Edurne Rubio, Adrien Mesot, Laetitia Pascalin, Victor Petit, Laurent Pichaud, Yves Revaz et Joëlle Zask


PROGRAMME MODIFIÉ / mis à jour le 28 avril 2021.
Le chercheur en biologie Olivier Hamant ouvrira ce laboratoire (jeudi 29 avril). Nous avons le plaisir d'accueillir le philosophe Victor Petit (samedi 1er mai). Alexandre Monnin, prévu initiallement ne pourra malheureusement pas être présent lors de cet événement.

 

Jeudi 29 avril

14h30-17h00
 : Olivier Hamant · rencontre/discussion

Confronter l'optimisation en s'inspirant du vivant
À partir du concept de sous-optimalité, le biologiste Olivier Hamant observe "comment les systèmes vivants trouvent les moyens de s’adapter et de se transformer, non pas dans l’efficience et l’optimisation, mais bien plutôt en mobilisant des inefficacités. Cette sous-optimalité fonde leur robustesse. Le vivant offre ainsi une réponse déroutante à notre seule certitude, le maintien de l’incertitude. Le milieu artistique, dans sa dimension systémique, est un acteur structurel et un catalyseur des basculements sociétaux en cours. C’est peut-être dans une sous-optimalité revendiquée que l’art peut explorer les ressorts de sa résilience, et par immersion, de celle de la société".
lire le texte complet d'Olivier Hamant
> voir "Résilience des vivants" - cour public · L’École Urbaine de Lyon

 

17h30-18h30 : Rendez-vous avec l'Atelier d'écriture · présentation

Depuis l'été dernier, l'Atelier d'écriture a pris la forme d’une recension sensorielle et subjective de l’ensemble des événements artistiques de la série
Communs singuliers entre août 2020 et août 2021. Accompagné par Sébastien Grosset, dramaturge et chercheur en philosophie de l’architecture, le groupe de participant·e·s travaille actuellement au projet d'écriture collective intitulé Le roman du far° (titre provisoire). Cette rencontre propose une lecture inédite de ce récit en cours qui, bien qu'écrit à la première personne du singulier, est le fruit de plusieurs auteurs et autrices dont les voix se mêlent en un je polyphonique et contradictoire.
lire le texte de l'atelier d'écriture



Vendredi 30 avril

10h30-13h00 : Joëlle Zask · rencontre/discussions

Outdoor
Avec cette rencontre intitulée Outdoor, la philosophe Joëlle Zask propose de considérer le passage vers le dehors que la pandémie de la Covid-19 a rendu nécessaire, comme une chance et une occasion à saisir : "Le dehors est une expérience de pluralité et une épreuve de réalité qui a été souvent célébrée par les théories de l’éducation, comme source de l’autodéveloppement individuel, ou en philosophie sociale et politique, comme source d’une attitude «citoyenne». Les théories de l’art en revanche ne s’en sont guère préoccupées. Je propose de suivre ce fil conducteur pour observer les inventions formelles et les expériences nouvelles que suscite le «outdoor» ou «out of doors»".
lire le texte complet de Joëlle Zask

 

14h30-17h30 : Laurent Pichaud · workshop/discussion
(partiellement en extérieur, point de rencontre > Les Marchandises)


…en jumelle · restitution performée
"Mon premier projet hors théâtre date de 2001, et je n’ai depuis jamais refait de projet pour le plateau. Les rapports à l’extérieur, au contexte, aux questions sociétales ont pris ainsi toute la place au sein du processus artistique. Parallèlement, durant ces vingt années, la notion et l’usage de l’écologie ont pris une ampleur considérable et je peux commencer seulement à mesurer, à mon endroit, la manière dont cette notion et les pratiques qu’elle recouvre ont nourri et modifié ce processus artistique. Entre présentation et expérimentation pratique, ce temps de partage collectif posera quelques balises de cette histoire parallèle, en particulier sur les différents projets menés en compagnonnage avec le far° sur ces cinq dernières années".
> plus d'infos

– 

19h30-21h30 : María Jerez & Edurne Rubio · rencontre/recherche/expérience
(en extérieur, point de rencontre > Les Marchandises)

Le soleil se couchera malgré nous
Dans le cadre d’une étape de recherche pour leur projet scénique A NUBLO, María Jerez et Edurne Rubio proposent de partager avec elles une expérience sensible. Cette création est envisagée comme une histoire avec des personnages difficiles à identifier car ce ne sont pas des personnes, ni des animaux, ni des monstres, ni des dieux... mais des phénomènes tels que les tempêtes, les éruptions volcaniques ou les mouvements sismiques. En fin de journée, les deux artistes nous invitent à les suivre quelque part à Nyon pour observer le coucher du soleil en compagnie de l'astronome Yves Revaz.
> biographies des artistes : María Jerez | Edurne Rubio


Samedi 1er mai

05h00-07h00 : María Jerez & Edurne Rubio · rencontre/recherche/expérience
(en extérieur, point de rencontre > Les Marchandises)

Le soleil se lèvera malgré nous
Deuxième proposition des artistes María Jerez et Edurne Rubio en lien au projet  A NUBLO (lire ci-dessus). Après avoir fait l'expérience d'une observation du coucher du soleil en groupe, les deux artistes nous invitent à les rejoindre au petit matin. Cette fois-ci, il s'agira d'observer le lever du soleil en écoutant les récits de l'anthropologue Andrea Jacot Descombes, spécialiste de la tradition orale et conteur.

– 

10h00-12h30 : Rencontre avec Victor Petit
Victor Petit est enseignant chercheur à l'Université de Technologie de Troyes (CREIDD). Après une thèse sur l'histoire du concept de milieu ses recherches se situent désormais au croisement de la philosophie des techniques (et du design) et de la philosophie de l'écologie

– 

14h00-17h30 : Thierry Boutonnier
en collaboration avec Serge Amiguet, Adrien Mesot, Laetitia Pascalin et les habitant·e·s du chemin Albert-Usteri · workshop/discussion
(partiellement en extérieur, point de rencontre > Les Marchandises)

Déjeuner dans l’herbe : pour un art commensal
À l'été 2020, Thierry Boutonnier a présenté le projet Déjeuner dans l'herbe dans les jardins privatifs du chemin Albert-Usteri. Grâce à une expérience collective – qui consistait à enterrer des nappes en coton bio durant plusieurs semaines pour "mesurer" leur dégradation – l'intense bioactivité des sous-sols de ces jardins a pu être démontrée. Le workshop proposé par l'artiste et ses collaborateurs/trices consiste à (re)découvrir et prolonger par la pratique les différents aspects que recèle le projet Déjeuner dans l'herbe. Selon l'envie, vous pourrez : broder une nappe à plusieurs mains avec Laetitia Pascalin ; partir à la découverte de plantes comestibles et médicinales dans la ville de Nyon, puis concocter des préparations lactofermentées en compagnie d'Adrien Mesot ; rejoindre l'ingénieur horticole Serge Amiguet et Thierry Boutonnier dans un jardin du chemin Albert-Usteri pour du dessin d'observation et une discussion sur la bioactivité des sols.
plus d'infos