close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Déjeuner dans l’herbe : pour un art commensal

Thierry Boutonnier (FR)

mai
2021

14h30–17h00

retour page principale

En collaboration avec Serge Amiguet, Adrien Mesot, Laetitia Pascalin et les habitant·e·s du chemin Albert-Usteri

Le projet Déjeuner dans l’herbe s’inscrit dans une collaboration au long cours entre le far° et Thierry Boutonnier. À l’été 2019, avec Biodynamiser le parking, l’artiste avait proposé plusieurs rendez-vous participatifs visant à sensibiliser les habitant·e·s à l’artificialisation des sols et des sous-sols. Son travail s’est élaboré à partir des questions que soulèvent le projet urbanistique de transformation de la place Perdtemps et l’enterrement de son vaste parking à ciel ouvert situé au cœur de la ville.

Parallèlement et à un jet de pierre de la place Perdtemps, le projet Déjeuner dans l’herbe s’est concentré sur les jardins privatifs du chemin Albert-Usteri. Discrets et ombragés, les jardins vernaculaires de cet îlot d’habitations sont un patrimoine vivant rare de la ville. Avec les habitant·e·s du lieu et la complicité de l’artiste cueilleur Adrien Mésot (Vevey), de l’artiste brodeuse et designeuse de mode Laetitia Pascalin (Nyon), du pédologue Serge Amiguet de la société Sol-Conseil (Gland) et de l’équipe du far°Thierry Boutonnier (Lyon) a cherché à produire artistiquement et scientifiquement des connaissances spécifiques de ce périmètre, s’agissant de la faune et de la flore en sa surface et dans son épaisseur terrestre.

Différentes expériences on été entreprises pour comprendre les enjeux de la qualité des sols. Nous avons opéré une série d’actions artistiques suivant des méthodes scientifiques qui permettent d’évaluer et sentir la biodiversité et la bioactivité à la plante des pieds, au bout de la langue, dans nos palais. Nous avons donc effectué dans cinq jardins des expériences gustatives, visuelles et scientifiques pour évaluer la biodiversité et la bioactivité et ainsi sentir leurs singularités et partager leurs valeurs. Au fil d’or, nous avons brodé sur des nappes des représentations de la faune des sous-sols. Sur celles-ci, nous avons partagé ensemble des repas préparés à l’aide de cueillettes locales. Après le repas, des morceaux de ces nappes en coton bio ont été enfouis dans la terre en suivant une procédure scientifique rigoureuse. Le fil d’or, ne pouvant être biodégradé, sert de marqueur de la bioactivité. Six semaines plus tard, après de nouveaux déjeuners sur l’herbe avec l’ensemble des habitant·e·s de la rue, nous avons procédé à l’excavation des restes des nappes brodées. Avec l’aide du pédologue Serge Amiguet et des convives présent·e·s, la lecture de ces reliques artistement grignotées par la faune souterraine nous a permis de corréler et interpréter les traces de biodiversité et de bioactivité des différents jardins. (Thierry Boutonnier)


À lire également :

Entretien avec Thierry Boutonnier (réalisé en mai 2020)


Créations au far° :

Déjeuner dans l'herbe (2020)
Biodynamiser le parking (2019)


Site web de l'artiste

domestication.eu