close
close
logofar
logofar
open menuopen menu

Les Retrouvailles

Samedi 16 novembre 2019 · 14h00
lieu : Les Marchandises, 5 rue des Marchandises, 1260 Nyon · accès libre

Avec Ondie Cloez, Alix Eynaudi et les participant·e·s de l'atelier d'éciture, Adina Secretan et Thierry Boutonnier.

Les Retrouvailles sont un rendez-vous annuel qui invite à réinvestir, avec quelques semaines de recul, les enjeux proposés lors du festival far°. Le programme de cet après-midi s’articule en divers temps pour revenir sur plusieurs projets présentés en août dernier, pour identifier ce qu’ils ont pu faire émerger, pour explorer avec un autre regard ce qu’ils recèlent et les possibles qu’ils peuvent encore ouvrir. À chaque fois remis dans leur contexte, les projets peuvent être ainsi prolongés en étant compréhensibles par chacun·e·s même s’ils n’ont pas été vus durant le festival. Pensé comme des retrouvailles avec des proches, ce rendez-vous entend créer une atmosphère propice à la discussion et au partage, profitable aussi bien aux artistes qu’à toutes les personnes présentes, qu’elles soient familières ou novices avec le monde des arts vivant

Programme :

Adina Secretan (ch)
Artiste associée du far°, Adina Secretan a présenté au festival ces dernières années Black Buvette (2016), Mama Helvetica (2017) et Hoy por Hoy avec le collectif chilien Mil M2 (2018). Ces trois créations ont pour point commun le fait de se produire hors de la scène, de ne pas mobiliser nécessairement les notions d’horaire restreint, ni de lieu unique, ni même encore de « public ». Cette année l’artiste a proposé Les bonnes œuvresun projet inédit issu d’une réflexion qui a déplacé sa pratique encore ailleurs. Il s’agit d’un dispositif qui n’exige pas sa propre présence pour être activé et qui interroge à contre-courant la relation entre l'artiste, l’œuvre et le public. Si dans de nombreux champs de l’art on s’intéresse souvent à la perception des œuvres par le public – ce qu’il voit, ce qu’il ressent, ce qu’il pense –, il est sans doute plus rare de renverser le propos : comment les artistes voient le public? Que se passe-t-il lorsqu’on prépare une rencontre avec celles et ceux qui n’ont pas encore de visage? Comment adresser quelque chose à des personnes qu’on ne connaît pas? Ce sont toutes ces questions qu’Adina Secretan a partagées avec des artistes, dont elle admire le travail en tant que spectatrice. Elle a ensuite invité ces mêmes artistes à créer une œuvre à destination d’une seule personne, inconnue. Tous les jours du festival une personne du public avait ainsi la surprise de se voir offrir une œuvre inédite, sans avoir rien demandé. En compagnie de Robert Archer, complice durant tout le festival sur Les bonnes œuvres, Adina Secretan partagera les différentes étapes et impressions de ce projet.


Thierry Boutonnier (fr)
Avec Biodynamiser le parking, Thierry Boutonnier a amorcé cet été un travail au long cours qu'il développe sous diverses formes d'actions collectives ludiques et joyeuses. À Nyon, son travail vise à accompagner la transformation de la place Perdtemps qui consiste en la construction d'un parking en son sous-sol et prévoit de vastes espaces verts sur sa surface. Pour les Retrouvailles, l'artiste partagera son bilan suite aux différents ateliers participatifs menés durant les trois derniers jours du festival, et il présentera les pistes qu'il entend explorer au cours des prochains mois. Après une première étape de sensibilisation à la qualité du sol, il s'agira notamment de mettre en place une pépinière urbaine ainsi qu'un lombricomposteur collectif.

Alix Eynaudi (fr/at) et les participant·e·s de l’atelier d’écriture
Pendant les onze jours de festival, Alix Eynaudi a proposé à un groupe d’étudiant·e·s, ainsi qu’au public, un atelier imaginé comme une recherche collective à mi-chemin entre écriture et mouvement, entre texte et performance. Les Retrouvailles sont l’occasion de présenter une partie du travail réalisé cet été ainsi qu’une invitation à poursuivre celui-ci lors de l’après-midi au moyen du protocole utilisé en août dernier par les participant·e·s de l’atelier d’écriture.

Ondine Cloez (fr)
En mai dans les jardins du Château de Prangins, puis en août dans la forêt de l’Oujon proche de Genolier, Ondine Cloez a présenté deux étapes de sa nouvelle création L’art de conserver la santé. Cette performance prend comme point de départ les aphorismes de l’ouvrage Regimen Sanitatis Salernitanum ou L’art de conserver la santé. Datant du XIIIe siècle, anonyme et probablement collectif, ce recueil rassemble les préceptes de l’Ecole de Salerne en Italie, considérée comme la première université de médecine européenne. Ces courts poèmes sont comme autant de conseils naviguant entre médecine savante et savoir populaire concernant l’hygiène et les diverses manières de rester en bonne santé. Rédigé en alexandrins, l’artiste suppose que ce recueil avait valeur de vulgarisation scientifique destinée à la population. Faisant l’hypothèse que ces poèmes étaient transmis en musique, Ondine Cloez a d’abord travaillé les textes du recueil en les transposant sous forme de chansons. Aujourd’hui elle poursuit ce travail qui comprend d’autres axes de développement dont l’un se nomme « les gestes perdus ». À l’issue d’une semaine de résidence aux Marchandises, la chorégraphe présentera les nouvelles pistes qu’elle est en train d'explorer.

 

Thé, café, biscuits sont prévus pour le goûter ainsi qu'une soupe en début de soirée!