Je vis dans une maison qui n'existe pas

Laurène Marx BE FR
  • Je 15.08.24 21h
  • Ve 16.08.24 19h30
Informations
  • Durée 1h15
  • Dès 12 ans
Lieu et autres informations pratiques

Usine à Gaz, Rue César-Soulié 1, Nyon

Cette proposition fait partie du parcours Brouiller les pistes.

Accessibilité
  • Accessible aux personnes à mobilité réduite
  • Accessible aux personnes malvoyantes
Pour les personnes à mobilité réduite, prière de s'annoncer avant le spectacle pour accéder à une entrée adaptée dans le bâtiment.
Avertissement
Les thèmes de la santé mentale et des traumatismes de l'enfance sont abordés. Effets stroboscopiques dans certaines scènes.

Dans cette nouvelle création, Laurène Marx rayonne, illumine, élève et bouleverse en levant le voile sur la gestion des traumatismes de l’enfance, l’inertie du système psychiatrique et la nécessité de fragmenter sa personnalité pour survivre à un monde où les personnes neuroatypiques se sentent exclues, inadaptées et irrécupérables. Entre la naïveté d’un conte enfantin et la brutalité pragmatique d’une prose directe et crue, Je vis dans une maison qui n’existe pas tisse le portrait de la psyché d’une personne souffrant de troubles dissociatifs de la personnalité et de problèmes de gestion de la colère. Un moment d’une intensité rare et d’une nécessité absolue.

« Nikki vit dans une maison qui n’existe pas. Dans la maison qui n’existe pas il y a: Madame Monstre, Les Tout Petits, et Nuage le nuage. Il n’y a pas longtemps Nikki est rentrée dans une grande colère et elle cherche à présent ce qu’elle a perdu: son calme. Nikki doit retrouver son calme et pour ça elle a besoin de Madame Monstre, des Tout Petits et de Nuage le nuage. Sans ça elle ne pourra pas quitter la maison qui n’existe pas et rentrer chez elle… »
_Laurène Marx, Je vis dans une maison qui n’existe pas

  • ©William Blithe
  • ©William Blithe
  • ©William Blithe
Mentions

texte, mise en scène et jeu Laurène Marx assistanat à la mise en scène Jessica Guilloud collaboration artistique Fanny Sintès création sonore Nils Rougé création lumière Kelig Le Bars production Cie Je t’accapare / Bureau des Filles coproduction Théâtre Ouvert, Théâtre National de Strasbourg, CCN de Rennes – Collectif FAIR-E, Bain Public – St Nazaire, Maison Poème – Bruxelles soutiens Ministère de la Culture – DRAC Pays de Loire, Département du Loire-Atlantique

Billetterie